Photo Edward Snowden, lanceur d'alerte

Un lanceur d’alerte est-il un héro ou un zéro ?

La question doit se poser, un lanceur d’alerte est-il un héro ou un zéro ? Il est important de bien comprendre ce qu’est ce type de personne avant de se faire sa propre idée.

Qu’est-ce qu’un lanceur d’alerte

Le site d’Amnesty International donne une bonne définition de ce qu’est un lanceur d’alerte : « Un lanceur d’alerte est une personne qui, dans le contexte de sa relation de travail, révèle ou signale un état de fait mettant en lumière des comportements illicites ou dangereux qui constituent une menace pour l’homme, l’économie, la société, l’État ou l’environnement, c’est-à-dire pour le bien commun, l’intérêt général.

Les lanceurs d’alerte ont ainsi contribué à une meilleure information des citoyens et permis de prévenir scandales et tragédies, de préserver bien publics comme vies humaines et contribuent de manière plus générale au bon fonctionnement démocratique.

Ils sont le dernier recours lorsque les contrôles sont défaillants, ils jouent un rôle fondamental dans la lutte contre la corruption. »

Des héros criminels

Il serait dur d’affirmer à partir de la définition d’Amnesty International que les lanceurs d’alertes sont des voyous si on a un certain jugement. Cependant, aux yeux de la loi, la plupart de ceux-ci sont des criminels, car, souvent ils doivent voler de l’information classifiée confidentielle et la rendre publique. La loi dans les pays occidentaux est claire à ce sujet et les tribunaux l’appliquent.

La grande acceptabilité du ‘crime’ qu’ils réalisent par la société fait en sorte que la plupart des lanceurs d’alerte importants deviennent des héros pour la population. Amnesty International affirme qu’ils ne sont pas :

• un espion, car il n’est pas à la solde d’une organisation et agit de façon désintéressée ;

• une taupe, qui chercherait de manière préméditée à nuire à son organisation, car le lanceur d’alerte est désintéressé ;

• un alarmiste, il ne cherche pas à attirer davantage l’attention sur sa personne que sur sa cause ;

• un dénonciateur, ni un délateur, ni un traître, ni un cafard ou un mouchard ; termes péjoratifs qui ne prennent pas en compte la notion d’intérêt public qui motive l’action du lanceur d’alerte.

 Quelques lanceurs d’alertes

  • Edward Snowden, a divulgué le programme de surveillance de masse de la NSA (États-Unis).
  • Chelsea Manning, a été témoin de possibles violations des droits de la personne et du droit humanitaire par l’armée américaine (États-Unis).
  • Louis Robert, dénonciation de l’ingérence des compagnies privées dans les recherches sur les pesticides (Canada).
  • Louis (nom fictif), Plus récement il a dénoncer des failles dans l’application Vaxicode au Québec.

En conclusion

En résumé, il est rare que ça se termine bien pour un lanceur d’alerte, leur vie est chamboulée, mais leur dénonciation est nécessaire pour la liberté et la démocratie de nos sociétés. Beaucoup, comme Snowden ou Assange, sont obligés de s’exiler et leur histoire se termine souvent en prison. Ils sont des héros criminels.

Dany Brisson

Image libre de droits: pixabay.com

Puech, S. (s. d.). Qu’est-ce qu’un lanceur d’alerte ? Amnesty France. Consulté le 28 août 2021, à l’adresse https://www.amnesty.fr/focus/lanceur-dalerte

Gerbet, T. (2021, 1 mai). Louis Robert lance une nouvelle alerte contre le ministère de l’Agriculture. Radio-Canada.ca. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1787884/louis-robert-nouvelle-alerte-ministere-agriculture-quebec