Désinformation : Drapeau americain fissuré

Désinformation: 100% de la démocratie est en jeu

Un article parut sur le blogue de Kekeli Boessi au sujet de la désinformation (étudiant de l’université Teluq) nommé ‘Comment analyser la fiabilité d’une information ?’ m’a fait réfléchir sur les moyens de connaître la réalité d’une information diffusée sur internet. Je me suis demandé si avec les quatre moyens mentionner dans son billet nous pouvions contrer la fausse information. Je crois que non. Les importants réseaux sociaux mettent en péril la démocratie.

La désinformation de masse

La problématique importante dans notre monde en 2021 est la désinformation de masse sur le réseau internet. Des personnalités avec du pouvoir ou des gouvernements étrangers contrôlent les informations afin d’arriver à leurs fins. Les trucs mentionner dans l’article de Boessi peuvent certainement aider à les détecter, mais, la capacité du désinformateur est trop élevée versus celle du lecteur. Je crois personnellement que la cause numéro un de ce danger est que le lecteur qui consulte la fausse information doit effectuer ses propres recherches, elles ne sont pas/peu vérifié par automatisme.

En 2016, la société Cambridge Analytica a analysé les données de dizaines de millions de personnes aux États-Unis à leur insu afin d’influencer la campagne présidentielle de Donald Trump. L’analyse des données sur les réseaux sociaux permettait à m. Trump de connaître quel état voterait pour lui et lequel non et ainsi, manipuler l’opinion publique des états non gagnés d’avance.

Par le passé, des manipulations d’idéologie de population ont été effectuées à partir des données obtenues par cette même compagnie. Dans une élection africaine, les données démontraient que les jeunes voteraient pour le candidat favori en grande majorité, ce qui ferait perdre les élections du candidat non favori, car les résultats seraient justes. À partir des dossiers de Cambridge Analytica, des publicités sur les réseaux sociaux ont commencé à apparaître en essayant de convaincre les jeunes que la politique était corrompue, qu’il fallait boycotter ces élections. Ce qui a eu comme résultat de faire élire le second candidat car les jeunes n’ont pas voté.

En conclusion, beaucoup d’informations sont publiques lorsque vous les soumettez à des réseaux sociaux, il permettre d’atteindre des personnalité qui ne serait peut-être pas joignable autrement mais, en tant que personne, nous devons effectuer une recherche minimum d’au moins trois sources crédibles ou utilisé les outils mentionnés dans l’article qui m’a inspiré ce billet. Cependant, les compagnies tel que Facebook, Instagram ou Google ont une responsabilité morale de mettre en place des outils analysant les informations diffusées sur leur plateforme. La démocratie est en jeu.

Dany Brisson

Kekelinf6107, V. T. L. A. P. (2021, 28 juillet). Billet 9 : Comment analyser la fiabilité d’une information ? INF 6107_Kekeli Boessi. https://kekelinf6107.wordpress.com/2021/07/27/billet-9-comment-analyser-la-fiabilite-dune-information/

Audureau, W. (2018, 16 mai). Ce qu’il faut savoir sur Cambridge Analytica, la société au cœur du scandale Facebook. Le Monde.fr. https://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/03/22/ce-qu-il-faut-savoir-sur-cambridge-analytica-la-societe-au-c-ur-du-scandale-facebook_5274804_4408996.html

Image libre de droits: pixabay.com